Une bonne intention de Solène Bakowski

Laure a vingt-et-un ans et a la vie devant elle.

C’est une toute jeune femme jeune et jolie. Elle sent le sable chaud et l’embrun marin.

Elle aime l’eau comme son père. Elle nage, donne des cours de surf et les enfants l’adorent. Elle est heureuse et a la vie devant elle.

Enfin, non pas vraiment !

Après des vérifications et les différents examens réglementaires, le couperet tombe.

Laure est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau.

Il ne lui reste que deux ou peut-être trois ans tout au plus si elle tire un peu sur les soins.

Elle a vingt-et-un ans et sait qu’elle ne vivra rien.

Comment repartir avec cette nouvelle sans devenir complètement dingue ?

Elle y arrive malgré tout.

C’est comme avec son chat Woody qu’elle a trouvé avec une patte toute blessée.

Alors jeune enfant, elle a découvert un jeune chaton qui était trempé et blessé.

Avec l’obstination têtue du jeune enfant qui avance droit devant quand il y voit une grande injustice, elle a pris tout son temps et a fini par se faire accepter.

Avec son argent de poche, elle a payé le vétérinaire et lui a donné à manger.

Le chaton s’est remplumé et a appris à marcher avec sa patte en moins.

Quand tout a été prêt, elle l’a présenté à sa mère une nouvelle fois et hop, le chat est resté.

Depuis l’annonce des médecins, Laure n’arrête pas de se poser des questions.

Quel rêve a-t-elle ? Que va-t-elle faire de toute cette injustice et cette énergie qu’elle accumule et qui ne sert à rien ni à personne ?

Elle continue à laisser des phrases ou des émoticônes sur son mur Facebook.

Il ne lui reste que deux ans alors, elle doit trouver un truc dingue à faire.

Quelque chose de vraiment fou et qui lui permettrait de se donner un but, un objectif, de quoi avoir un sens à ce qui lui reste de vie.

Et puis quelque chose commence à pointer dans son imagination comme une petite frimousse qui apparaît sur le coin d’une photo.

Une série d’images, des photographies, des vieux souvenirs et surtout quelque chose de tellement dingue qui, au pire, n’arrivera pas, mais au moins, elle aura essayé.

De toute façon, elle claque dans deux trois ans grand max alors banco, roule Mimile !

Un dernier coup d’œil au voilier de son père et elle se jette à l’eau.

Elle va se servir des réseaux sociaux.

Là encore, rien d’exceptionnel. Après quelques recherches, elle ouvre un compte participatif.

Dessus, elle tente d’expliquer son cas médical, et surtout, donne la raison de sa campagne de financement.

Avant de passer l’arme à gauche, elle veut réaliser une chose vraiment dingue.

Réhabiliter le bateau de son père et traverser l’Atlantique.

Elle ouvre son compte Facebook se prépare pour un direct et se lance.

Elle se présente, parle de la tumeur qui la tue et de son rêve fou.

Juste avant de claquer, elle veut faire la traversée de l’Atlantique en solitaire.

Elle filme le voilier derrière elle.

Pour y arriver, elle a besoin d’aide. Elle a créé un financement participatif.

À votre bon cœur m’sieurs dames !

Elle termine sa vidéo et ferme l’application.

La vidéo est partagée aussitôt.

Très vite, elle devient virale.

Laure devient la porte-drapeau de celles et ceux que la maladie frappe.

Elle donne du bonheur à ceux qui ont oublié et à ceux qui n’osent pas se laisser tenter.

Elle reçoit de nombreux messages auxquels elle répond.

Pendant la traversée, elle partage son ressenti, ses craintes, et parfois, donne des moments magiques.

Et puis alors que tout se déroule bien, les premiers tweets arrivent.

La plupart sont généreux, mais certains commencent à être haineux.

Plus les jours passent et plus ils sont haineux.

Laure est juste une jeune femme qui réalise son rêve. Elle lit tout, mais rien ne l’a préparée à cette haine qu’elle prend de plein fouet.

Quelque chose arrive et elle va devoir l’affronter.

Avis du traqueur :

Miracle est un roman aussi bouleversant que prenant.

Je ne sais pas quelle distinction lui sera donnée, mais il doit faire partie des premiers.

Pour ma part, c’est probablement le roman de l’année, Chouquette d’or donc.

Comme à son habitude, Solène Bakowski arrive à me surprendre.

Ses histoires sont toujours très noires, mais arrivent aussi à donner cette luminosité incroyable.

Un espoir qui nous fait tourner les pages de plus en plus vite pour aller au-delà et trouver ce qui va arriver.

Tout en respectant les codes de la série noire, elle arrive à mettre de la bonté.

Ce roman parle de nombreuses choses.

Les maladies qui frappent sans chercher à comprendre.

Aucune logique, aucune raison, elles frappent et arrachent tout.

Elle nous parle de ceux qui doivent vivre avec et suivre leur protocole, mais aussi de ceux qui sont autour.

Les médecins, infirmiers, aides et bien sûr les familles qui soutiennent comme elles le peuvent.

Chacun peut le vivre à sa façon !

Laure, l’héroïne de l’histoire, se sert des réseaux sociaux pour partager son ressenti et l’aider à réaliser son rêve.

On découvre à quel point les réseaux sociaux, en général, peuvent déployer leurs ailes et aider.

Et puis, il y a le côté obscur et sale de ces mêmes réseaux.

Ceux qui déchaînent leur haine. Les fêlés du bocal qui s’ennuient et s’amusent à raconter des horreurs.

Personne n’est prêt à cette haine qui frappe toute personne publique.

Quoi que l’on dise ou que l’on fasse, la célébrité amène aussi sa dose d’excès qui peut parfois s’avérer dangereuse.

L’internet est un monde fabuleux et extraordinaire où le pire et le meilleur se côtoient et coexistent.

Il y a ces rues et bâtiments pleins de connaissances et des beautés fabuleuses, puis ces bouges mal famés où traînent des individus peu recommandables.

Quand chaque jour, des personnes vous insultent, ils blessent.

Ils se répètent et s’associent à d’autres.

Qu’importe qu’ils mentent ou racontent n’importe quoi, plus c’est gros, plus cela passe.

Il faut avoir le cuir épais face des créatures féroces qui préfèrent se terrer derrière un écran et déverser leur bile.

Laure n’a que vingt-et-un ans et désire juste aider, aimer et partager.

Elle est passée de l’amour qu’elle a reçu à des énervés capables de raconter des horreurs justes parce qu’ils n’ont que ça à faire.

Ce roman traite de ce que l’on peut ressentir quand on est attaqué sans pouvoir se défendre.

Une histoire tellement prenante que mes yeux ont coulé tout en dévorant les lignes de plus en plus vite.

Merci pour cette histoire Solène Bakowski !

Un roman à dévorer comme des chouquettes.

Chouquette d’or

Miracle de Solène Bakowski Édition Bragelonne

Pour vous procurer ce livre:https://amzn.to/38AegIn

Du même auteur :

Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X