19 Purchase street de Gerald A Browne

Le haut conseil, un holding surpuissant, a fait le casse du siècle. Il a pris possession de l’organisation qui gère tout l’argent sale des différentes mafias. Tous ces flux d’argent qui proviennent des différentes activités criminelles de la planète terminent entre leurs mains.

Ces organisations génèrent des milliards et des milliards de dollars.

Pour gérer cette manne financière, le haut conseil a su créer une entreprise, parfaitement huilée, chargée de collecter et blanchir l’argent réceptionné. La ruse et la férocité se côtoient au quotidien au milieu du stupre. Il y a deux parties dans cette organisation.

La première récupère chaque jour des dizaines de millions de dollars à travers le monde.

Par différentes filières, ils introduisent l’argent sale dans l’économie réelle à travers des mules qui alimentent les différentes banques selon une planification parfaitement orchestrée.

La deuxième partie est financière. Elle emploie les plus grands traders de la planète.

Ils ont mis en place des entreprises de tous les niveaux pour servir de grandes lessiveuses et réintroduisent l’argent dans l’économie réelle. Ils manient eux même les leviers des différentes entreprises, voir des pays, pour faire fructifier leurs placements.

Le rythme des rentrées de liquide est tel qu’ils ont investi dans des myriades d’entreprises parfaitement légales.

Pour contrôler le tout, un service de renseignements aussi efficace que féroce. La moindre erreur se paie cash.

Les mécanismes fonctionnent parfaitement jusqu’au moment où quelqu’un prend la décision d’exécuter une voleuse. Un meurtre brutal, féroce et surtout inutile. Les conséquences n’ont pas été pesées et calculées comme à l’accoutumé.

La violence n’est utilisée que par nécessité absolue. Elle doit être pensée pour frapper juste.

Un homme, sorti du lot, va vouloir se venger.

Allié à quelqu’un que personne n’attendait, dans un monde opaque et brillant. Porté par sa force et des ressources insoupçonnées, il va tout faire pour châtier les responsables en organisant l’impensable.

Sa vengeance sera aussi violente qui brillante.

Avis du traqueur :

Voilà un bouquin qui fait froid dans le dos.

De nombreux romans ont abordé le sujet de l’argent sale.

Pour moi, seul, trois sont au-dessus des autres : celui-ci, Cartel de Paul Loup Sulitzer et Les aigles noirs de Larry Collins.

Pour le reste, c’est un roman extraordinaire et un thriller haletant.

Construit de main de maître, il tient en haleine tout le long de l’histoire et fait bien flipper tant par sa justesse que par sa parfaite connaissance des sujets traités.

On navigue dans la haute la finance puis on plonge dans le crime organisé.

Un bouquin qui envoie du bois !

À lire et à relire parce que les années se suivent et les crimes restent. Pourquoi penser que les choses changent en ce qui concerne les activités criminelles.

Elles ne connaissent pas la crise, elles, alors pourquoi imaginer qu’elles fonctionnent moins bien. En général, elles deviennent plus performantes.

L’auteur met en place une histoire très travaillée en imaginant une organisation presque parfaite en plein milieu de notre vie. Un grain de sable viens dérégler le mécanisme et alors l’incroyable se produit.

Un roman à découvrir d’urgence.

Mangez des chouquettes sans modération !

19 Purchase street de Gerald A Browne

Éditions Livre de poche ou ce vous trouverez

Pour vous procurer ce roman : https://amzn.to/2ISAefV

Du même auteur et de deux autres auteurs proches de la finance et du thriller western :

Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X