Angle mort de Ingrid Astier

Diego fait parti des affranchis. Né à Barcelone, il est devenu le caïd d’Aubervilliers. Avec son frère, Archi, ils ont choisi cette vie et l’assument.

Ils montent aux braquos et claquent leurs biftons aux casinos.

Diego a un truc en plus. Jamais il ne met le nez dehors sans des supers sapes.

Il aime avoir du style et profiter de la vie tant qu’il le peut. Les armes aussi sont ses jouets. Il les aime belles et spectaculaires. C’est le cerveau, celui qui pense. Il recrute, prépare et met en place. Il frappe juste et fort.

Jamais rien ne doit aller de travers sinon, il punit.

C’est sa ville et chacun le sait. Il peut être impitoyable. S’il faut tirer, il dessoude. Très jeune, il a dû assumer son frère Archibaldo et sa sœur Adriana, sa petite mésange.

À eux trois, ils forment un clan, aussi soudé que les doigts d’une main.

Sa sœur est la seule de la fratrie qui ait quitté l’hacienda. Artiste du cirque Moreno, elle s’est choisie une autre vie.

Dans sa caravane, elle s’est construit ses rêves. Elle est la seule qui le rassure. Il la trouve magnifique dans son costume de lumière quand elle s’élance sur son trapèze sous le chapiteau devant les yeux émerveillés des enfants.

Toujours à frôler le risque, tout en le contrôlant. Alors qu’ils sont en braquo dans un bar, l’un des bandits travaille le gérant à la batte de base-ball. Il s’effondre comme une marionnette dont on aurait coupé les fils.

La police criminelle du 36 et les policiers du 2e D.P.J. sont co-saisis de l’affaire. Les commandants Desprez et Duchesne, aidés de la Fluviale, travaillent ensemble.

Chacun dans leur domaine se met à fouiller et à secouer leurs cousins.

Un nom finit par sortir du lot : Diego.

Comme des clébards qui ont mordu dans un morceau de barbaque, ils ne lâchent plus leur proie et se mettent à tirer le fil de la pelote de laine.

Ils sont en chasse et traquent. C’est un affranchi, ils le veulent à tout prix.

Les cadavres s’empilent, les balles sifflent. Aubervilliers se met à bouillir de sang de bandits et de flics. Les calibres chauffent, la gomme des pneus reste sur le macadam.

Diego se sait traqué.

Il sent les condés resserrer les mailles de leurs filets d’acier sur lui. Il doit protéger sa petite mésange.

Avis du traqueur:

Comme le premier roman , elle situe l’action dans le grand banditisme.

L’auteur déroule les aventures au cordeau.

On suit Diego dans sa vie de criminel. On est avec lui dans les scènes de braquages à Paris et les courses-poursuites. On est aussi avec lui quand il est lui-même avec sa fratrie.

L’auteur s’attache à rester dans les clous sans en rajouter. La banlieue est multiculturelle, dure mais pas tragique, ni inévitable. Diego a la vie qu’il s’est choisi, tandis que sa sœur en a décidé autrement tout en restant près de sa famille.

L’auteur décrit l’univers de Diego plein de paradoxes, de beauté et de fureur.

Le pendant de la vie de Diego est l’enquête des différents policiers. L’auteure nous fait découvrir les arcanes des enquêtes à travers des policiers hauts en couleur.

Ingrid Astier a fait un énorme travail sur chaque personnage qui intègre l’enquête.

Les policiers de la criminelle du 36 et du 2e de la Direction de la Police Judiciaire sont très différents les uns des autres. On découvre aussi la brigade Fluviale.

L’auteur alterne les rencontres des policiers et des affranchis. Diego poursuit sa route pleine d’action et de violence. Ce roman est aussi un hommage aux histoires de bandits et de policiers complètement pris par leur vie.

Ingrid Astier a développé une histoire incroyable avec de nombreux personnages. Chacun prend sa place au fur et à mesure de l’enquête. De l’action, des courses-poursuites et du romantisme.

Un roman multiplexe très bien écrit. Mon seul regret, dans ma lecture, est que j’ai trouvé, par moments, des descriptions un peu longues qui cassent le rythme par moments.

C’est un choix de l’auteure qui a décidé de prendre son temps pour décrire ses personnages et la ville.

L’auteure joue avec les scènes d’action qui secouent tout le monde et font tourner les pages de plus en plus vite.

Un bon roman très bien écrit. Une auteure qui aime le style et les mots. Du lourd en perspective.

    Angle mort de Ingrid Astier aux Éditions Folio policier

    Angle mort de Ingrid Astier

    Pour vous procurer ce livre : https://amzn.to/2TvSTUR

    Du même auteur :

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X