Délivrance de Jussi Adler-Olsen

CHOUQUETTE D’OR N°10

Une bouteille est jetée à la mer avec un appel à l’aide à l’intérieur.

La lettre finit sur le bureau du département V quelques années plus tard.

Bien qu’abîmée par les années, l’équipe en est persuadée, c’est un appel au secours. Pour le reste, en dehors du fait que ce soit écrit en danois, le texte est difficilement lisible.

La vraie différence, c’est que NOUS ON SAIT, ON Y ETAIT.

L’auteur joue avec nous. Il nous a fait vivre en direct live la rédaction du message.

THE CLAQUE. Ce passage est d’une rare intensité.

En même temps, la police danoise est débordée de partout. Ils doivent faire face à une série d’incendies criminels qui laissent toujours dans les décombres un macchabée cuit à point.

Assad découvre un point commun à chacun d’entre eux, mais surtout, il découvre d’autres incendies avec le même mode opératoire et le même point commun. Cela devient une affaire pour le Département V.

Rose, de son côté, se concentre sur la lettre.

Petit à petit, elle décrypte, déchiffre. Des mots et des phrases apparaissent.

Avis du traqueur :

Troisième histoire du Département V et là, il frappe fort.

Il m’a séché.

En plus d’une histoire tout simplement diabolique, l’auteur nous livre quelques nouvelles informations. Il apporte un peu plus de précisions sur chaque personnage qui gravite autour de Carl Morck.

Son ex-coéquipier tétraplégique a emménagé chez lui. Certains échanges entre eux nous laissent imaginer tout ce qui pourrait arriver dans les prochains livres (miam miam).

Et voilà que son ex-femme veut remettre le couvert.

La vie de Carl Morck est devenue compliquée.

Pour ce qui est de la vie propre du Département V, Rose est toujours aussi délirante.

Elle s’efface quelques jours pour laisser la place à sa fameuse sœur. Aussi dissemblable l’une que l’autre, elle apporte un nouveau style tout en étant très compétente.

Chacune avec des caractères forts proposant des scènes d’anthologie et des répliques qui font franchement sourire.

Un Assad de plus en plus présent et mystérieux.

Il prend toujours plus de place dans les enquêtes. Son passé, que Carl Morck ignore, intrigue au plus haut point.

Des vérités qui pourraient nous ouvrir des voies narratives pleines de promesses.

Surtout quand il se bagarre comme un chiffonnier avec un policier.

Un thriller proprement ahurissant qui se lit au pas de charge tant on veut connaître la suite.

Une chasse à l’homme qui nous fait monter dans les tours. Le point de vue des protagonistes, y compris du criminel, nous enchaîne et nous fait tourner les pages à vitesse grand V.

La situation devient réelle et sidérante.

L’auteur a trouvé un moyen effrayant de nous accrocher. Le criminel continue ses exactions et là, il nous happe.

On se retrouve embarqué dans cette histoire et on est complètement ferré. Ils sont les seuls à pouvoir arrêter ce criminel fantôme.

Aucune plainte, aucun corps, aucune revendication.

La police ne peut pas arrêter un criminel qui n’apparaît nulle part.

Plus on lit, plus on veut que le département V fasse son boulot et arrête ce barjot qui agit dans l’ombre depuis tant d’années.

Une vraie progression dans l’écriture de l’auteur.

CHOUQUETTE D’OR N°10

Délivrance de Jussi Adler-Olsen Éditions Livre de poche

Pour vous procurer ce livre:https://amzn.to/2VjwYQu

Du même auteur

Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X