Le magicien de Jean-Marc Souvira

CHOUQUETTE D’OR N°8

Le deux janvier 2002, Arnaud Lecuyer sort de prison. Arrivé en 1990, condamné à quinze ans de prison pour viol et crime. Il sort aujourd’hui.

Planquez vos mômes, on ne peut pas s’empêcher de frissonner quand il passe la porte de la prison.

L’auteur nous fait un petit résumé de ses dernières années passées derrière les barreaux. Il garde le meilleur pour la fin du chapitre, le coquin.

Le jour où il sort, un fauve est lâché dans la nature et il a les crocs.

Lecuyer s’est servi de ces dernières années pour se former. Il est plus fort, plus malin et plus fou. Il a dupé tout le monde pendant douze ans, sans compter ce qu’il a fait avant.

Arnaud Lecuyer est le magicien.

Il rentre chez lui. Son appartement l’attend. Il prépare ses rendez-vous avec le psy et son employeur.

Il organise sa vie pour que tout soit lisse. En voiture, il respecte toujours la limitation de vitesse, met sa ceinture. Tout doit être fait pour être transparent.

Il attend le moment propice pour taper, il a tout son temps.

Dehors, il est le petit homme chétif, faible que tout le monde veut qu’il soit, si ce n’est son regard qu’il cache.

Il parait que le regard est le reflet de l’âme. Quand on regarde ses yeux, même les plus téméraires frissonnent.

Janvier 2002, le commissaire Ludovic Mistral est rentré en France et est nommé numéro deux de la brigade criminelle du 36.

Après un intermède de six mois passés aux Etats-Unis où il a été formé aux profils des criminels, il rentre au pays.

En France, le profilage s’apparente encore au vaudou.

Mistral est un flic atypique, homme de terrain et d’action, il obtient de bons résultats et est respecté autant par ses collègues que par ses supérieurs, choses rares.

Il sait qu’une approche différente peut permettre d’attraper des criminels difficilement touchables autrement.

Arnaud Lecuyer est un prédateur, il sait où chercher. Il est en chasse.

Ses victimes : des jeunes garçons, dix douze ans. Il les repère dans la rue, il les observe, les suit.

Il prend son temps, il sait qu’il obtiendra ce qu’il veut.

Au moment qu’il estime opportun, il les approche. Son truc est infaillible.

Des tours de magie. Il fallait y penser quand même !

Les mômes sont toujours émerveillés devant des tours de passe-passe. Arnaud Lecuyer s’entraîne tous les jours et ces dernières années, il n’avait que ça à faire. Ses mains sont sa force.

Son agilité est hors norme. Il saisit l’attention des plus réticents. Avec des cartes, des pièces de monnaie ou des jeux de dés.

Il capte leur attention et abaisse les barrières.

Il vient d’agir. Mais, il n’a pas vu le clochard. Celui-ci débarque d’on ne sait où et arrache la petite victime à son bourreau au dernier moment.

Il le paie de sa vie. Des cris ont été poussés, des visages apparaissent aux fenêtres, le magicien doit disparaître.

C’est un échec.

Il est en pleine psychose. Sa colère est sans bornes et d’un coup, elle s’arrête. Ce n’est pas grave, il sait où en trouver d’autres.

Le commissaire Mistral est marié à un « nez ».

Sa femme créée des parfums pour une marque de luxe ; ce qui leur permet d’avoir une vie plutôt agréable. Bien hors des clichés standards de la police. Il aime passer du temps avec ses enfants et sa femme.

Il apprend l’agression de l’enfant et la mort du clochard dans les premières heures.

Dès que l’enfant peut parler, il leur explique le coup des tours de magie.

Le magicien est de retour !

C’est la panique !

Les pontes convoquent tout le monde. À l’époque, Mistral ne faisait pas partie de l’enquête. Il se fait briefer rapidement.

Un homme attirait des jeunes enfants par des tours de magie et les tuait. A part ça, rien !

Tous les moyens de l’époque sont mis en action, mais on ne trouve rien.

Enfin, presque rien ; son mode opératoire et un vague portrait-robot qui correspond à la moitié de la planète.

En plus, la gestion médiatique de l’affaire a été catastrophique.

Mistral réunit tout le monde. Calderone devient son numéro deux. C’est un bon enquêteur en qui il a confiance.

Et pourquoi s’être arrêté si longtemps pour reprendre maintenant.

Avant toute chose, Mistral se coltine toutes les archives de l’époque, espérant malgré tout tomber sur quelque chose, même la moindre rognure permettant d’avancer.

Rien, pour finir, il décide de joindre le policier chargé de l’enquête à l’époque des faits.

Le magicien est de retour !

C’est la panique !

Un flic n’oublie jamais une affaire comme celle-ci.

Et parfois, l’instinct ou certaines impressions ne sont pas marquées dans les carnets.

Avis du traqueur :

Ce genre d’affaire est un cauchemar pour un flic. La seule manière d’avoir des indices, c’est d’avoir une nouvelle victime.

Le duel commence et nous nous trouvons au milieu.

Une idée simple mais brillante et bien flippante.

CHOUQUETTE D’OR N°8

Le magicien de Jean-Marc Souvira Éditions Pocket

Pour vous procurer ce livre:https://amzn.to/2XwgSjV

Du même auteur :

Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X