Chrono mortel de Gaël Tomaz

Audrey Barthes est une jeune mère de famille qui travaille dans sa boulangerie quand deux hommes font irruption dans sa boutique. L’un des hommes entre, la vise et fait feu sur elle.

Au dernier moment, le bras qui la visait est détourné. Elle échappe de peu à la mort.

Transportée d’urgence à l’hôpital, elle est sauvée. Les gendarmes l’interrogent, mais les réponses sont évasives et floues. Ils regardent la vidéo de télésurveillance et comprennent vite que ce n’est pas un simple braquage. L’homme qui est entré était là pour abattre la jeune femme. Le complice n’a pas hésité à tirer sur les forces de l’ordre.

La puissance de feu développée a été considérable et les dégâts humains lourds.

Les agresseurs sont repartis avec calme et organisation. Qu’est-ce que le grand banditisme gagne à descendre une simple boulangère ?

Le capitaine Colano, de la section de recherches de Marseille, tente de comprendre.

Il apprend aussi que la jeune femme est une ancienne gendarme et parmi les meilleurs.

Audrey Barthes quitte l’hôpital. Elle croit savoir ce qui a pu arriver.

Quelqu’un a besoin d’elle, et, en dehors de cette promesse, rien dans sa nouvelle vie ne pourrait déclencher un tel séisme.

Elle a fait une promesse, il y a bien longtemps. À ses débuts dans la gendarmerie et elle compte bien la tenir. Elle n’est plus gendarme, mais n’a rien perdu de ses réflexes.

De l’autre côté du Rhône, les gendarmes tombent sur une voiture en feu. Une fois les flammes éteintes, les pompiers découvrent un corps calciné.

Après les rapides constatations du médecin légiste, il semble que le corps soit celui d’une jeune femme.

Marzac sait ce qu’il est et ne se fait aucune illusion sur son rôle dans la cité. Il sait aussi qu’il a une chance de changer de vie. Marion lui a donné un espoir qu’il croyait impossible.

Jusqu’à maintenant, il tenait la cité. Il a gravi les échelons de la criminalité dans les trafics en tous genres.

Il a mis en place un système compartimenté qui lui assure des revenus importants tout en étant à l’abri des stups. Ses hommes lui sont fidèles et les trafics lui assurent des rentrées d’argent suffisantes pour empêcher quiconque de s’en prendre à lui. L’arrivée d’un groupe d’hommes armés jusqu’aux dents dans leur repaire les a pris de court. Ils ont surgi de nulle part et les ont braqués.

Ces hommes viennent d’un pays en guerre avec une idéologie mortifère. Ils ont été défaits dans le désert. Ils veulent se venger et poursuivre leur guerre en France.

Aucun des hommes de Marzac ne les a vus approcher. Il a fallu négocier. Maintenant, il doit réfléchir pour survivre et avoir une chance de s’en sortir vivant.

Leur chef a donné ses conditions puis est reparti. Marzac est un voyou, mais ce que cet homme exige l’oblige à bouleverser ses plans. Il doit trouver une solution et vite. Encore un coup et il plaque tout, mais avant de partir, il doit empêcher le pire de se produire.

De leur côté, les gendarmes, policiers et autres groupes de la DGSI vont de découvertes en découvertes.

Des connexions insoupçonnables mettent à jour une attaque d’ampleur inégalée sur le pays censé marquer le peuple en profondeur.

Avis du traqueur :

Un roman percutant qui nous tient accroché jusqu’au bout et nous secoue jusqu’à la toute fin.

Pour ce roman, l’auteur a créé de nombreux personnages et les développe au fur et à mesure.

Entre les différents enquêteurs des différents services, les voyous, les terroristes et les personnages qui gravitent autour, ça fait du monde!

Le premier tiers du livre sert essentiellement à poser les personnages. L’histoire est distillée au compte goutte. Comme un puzzle, l’auteur met en place un mécanisme infernal qui va nous rentrer dedans.

Il se sert des actualités de ces dernières années pour imaginer un scénario crédible.

Même si j’ai eu un peu de mal à m’installer dans l’histoire, j’ai été touché par l’héroïne qui tente d’aider cette gamine qu’elle a déjà sauvée du pire des années plus tôt. On est pris dans des scènes d’action incroyables et une fin cauchemardesque.

Un roman à découvrir pour ceux qui, comme moi, apprécient un bon thriller d’action bien fait.

Mon seul bémol, et c’est souvent le même, il est important de mieux répartir les informations pour ne pas alourdir le début du roman. Deuxième précision, comme d’autres auteurs, Gaël Tomaz développe les groupes d’intervention des différents services.

Là encore, je n’ai aucun doute sur les recherches et les connaissances de l’auteur sur le sujet, mais la volonté de coller au réel ralentit parfois l’action qui se déroule. À part quelques moments un peu longs, l’histoire vous fait courir partout et vous secoue.

    Chrono mortel de Gaël Tomaz Auto-édition

    Pour vous procurer ce livre : https://amzn.to/2HpvmhF

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X