Enfermé.e de Jacques Saussey

Enfermée dans le mauvais corps, Virginie va se battre toute sa vie pour être reconnue.

Tout d’abord, sous son propre toit par une famille qui refuse de la voir et de comprendre sa différence. Puis, par la société qui lui refuse même la possibilité d’exister en tant qu’individu à part entière.

Obliger de fuir sa maison pour survivre, elle va connaître la rue et tous ses dangers. Elle va être jetée derrière les barreaux de prisons des années durant.

Elle va y vivre un enfer au quotidien qui va nous terrifier.

L’auteur a décidé une écriture sans concessions. Avec force, il laisse courir sa plume chauffée à blanc et nous fait entrer dans un enfer qui nous hurle aux oreilles.

On entre dans un univers violent sur des chemins d’une brutalité inouïe mais bien réelle.

Un personnage transgenre qui se retrouve derrière les barreaux d’une prison surpeuplée et surchauffée devient nécessairement un exutoire pour les brutes.

On suit le parcours de Virginie dès sa naissance avec de fréquents allers et retours dans son présent en 2019.

Un présent que l’on découvre petit à petit.

Là, son univers est dur, mais c’est elle qui décide.

Les va-et-vient avec son parcours, nous donnent des informations sur ce que Virginie est devenue tout en se demandant comment un être humain peut rester debout après avoir subi tant d’horreurs.

On observe tous les moments de sa vie en préservant sa différence dans un écrin caché au plus profond d’elle-même.

Elle garde jalousement cette différence qui, tout en lui faisant vivre un enfer, lui donne une particularité qui la fait avancer pour obtenir enfin ce qu’elle désire. Pour survivre, elle se défend quand elle peut avec ses armes.

Les chapitres défilent de plus en plus vite. On est vite happé par cette vie tout en étant durement cogné par ce qu’elle rencontre.

Et là, il faut prévenir les timides, ON EST BRUTALISÉ TOUT DU LONG.

Virginie doit se battre pour tout. Elle n’a aucun endroit où se cacher, aucune pièce qui lui permette de souffler un peu et nous non plus. En 2019, Virginie n’est pas au Centre par hasard, elle a un but bien précis et a bien l’intention d’aller jusqu’au bout.

Elle s’en est donné les moyens. C’est à la toute fin que l’auteur met en place les morceaux du puzzle et nous fait découvrir le comment du pourquoi.

Avis du traqueur :

Cher lecteur, si tu t’attends à une lecture tranquille, oublie !

Jacques Saussey nous plonge dans une histoire d’une dureté absolue en créant un personnage unique. Virginie est terriblement humaine, unique et pleine de paradoxes.

Son passif a fait d’elle un être d’une force exceptionnelle plein de recoins sombres.

Une histoire développée par une écriture incisive, des chapitres courts et marquants. Certaines scènes sont tellement insoutenables que j’ai eu envie de poser le livre tant j’ai été submergé.

L’auteur a choisi de parler d’un sujet atypique qui le touche.

On découvre Virginie, un personnage transgenre, au fil des pages et on vit, à ses côtés, tout ce qu’elle traverse. Je sais que tout le monde n’a pas la même manière d’aborder les romans.

Pour moi, les mots et les phrases se transforment en images animées.

Pour ceux qui, comme moi, font défiler les images que l’auteur met en scène, on est immergé dans les scènes auxquelles on assiste.

L’auteur a décidé de libérer les forces, sans aucune limite. Il détaille la réalité crue d’une société malade des différences et des codes préétablis.

Quand des ronds n’entrent pas dans des carrés ou que des pensées différentes s’élèvent ou encore qu’un genre différent apparaît, cela devient une maladie à écraser à grands coups de botte.

La seule fois où j’ai autant été secoué dans ma lecture est avec Résilience, le roman de Julia M Tean avec le personnage de Vincent.

Bien que cela ne concerne pas le même sujet, le niveau de violence est du même acabit et la rencontre avec le personnage est aussi frappante.

https://www.youtube.com/watch?v=NlyZBwtOB_0

La seule chose que j’aurais préférée dans Enfermé.e est de parler un peu plus tôt de l’objectif de Virginie. Les sévices de la jeune femme sont tellement prégnants dans l’histoire que j’aurais apprécié de commencer plus tôt sur les raisons de sa présence au Centre et de son objectif.

Un roman qui percute, secoue et marque en profondeur ceux qui le liront.

Mangez des chouquettes sans modération !

    Enfermé.e de Jacques Saussey Éditions French Pulp

    Pour vous procurer ce livre:https://amzn.to/2W7sNVo

    Du même auteur

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X