Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser

Lisa est professeur d’italien. Elle s’est battue pour le devenir.

Pourtant, aujourd’hui, elle n’est plus sûr de rien.

Son métier est d’enseigner et de transmettre certaines valeurs, mais est-ce encore possible ?

Lisa s’efforce de survivre face à des collégiens qu’il faut tenter d’intéresser.

Lisa tente de faire le point.

Face à une violence verbale et physique quotidienne, on agit comme on peut.

Il faut aussi gérer des détresses sociales d’élèves colossales et des parents qui ne parviennent plus à tenir leurs enfants, quel rôle peut et doit-elle tenir.

Qui plus est, le veut-elle ?

Comment tenir ? Au nom de quoi ?

Au fil de l’année scolaire, Lisa se sent gagnée par des questionnements de plus en plus nombreux.

L’école a changé et tout le monde s’en fout.

Certaines règles étaient d’or.

À l’appel dans la cour, les élèves se rangeaient deux par deux, interdiction de bouger une oreille (enfin certains bougeaient si si j’en ai vu j’ai fait une liste).

On entrait en classe, on se levait et on s’asseyait sans moufter.

Quand un adulte rentrait en classe, tous les élèves se levaient.

C’est comme de rentrer sur le tatami d’une salle d’un art martial sans saluer l’enseignant. Impossible, sinon, on se fait virer.

Éjecter est plus le terme.Pour poser une question en classe, il fallait lever le doigt et attendre en étant sûr d’avoir une question utile.

Bref, les choses ont bien changé (j’ai un petit côté vieux con, je sais, je le vis bien.)

Nos parents nous inculquaient des bases d’éducation. Le respect des professeurs en faisait parti.

Là, il faut reconnaître qu’il s’est passé des choses.

Lisa s’accroche, mais ses élèves n’en n’ont rien à faire.

Elle a du mal à se faire entendre et respecter.

Son unique garde-fou, Samira.

C’est la seule élève qui se bat.

Elles ont passé un accord secret toutes les deux.

Lisa adore la voir travailler et se battre pour se sortir du carcan qui l’enferme.

La jeune fille est arrivée en France à quinze ans. Elle en a maintenant dix-huit. Elle a dû se dépasser pour assimiler la langue française aussi vite. En plus, elle doit travailler dans l’ombre. Sa famille, très traditionnelle, n’est au courant de rien.

C’est pour des élèves comme Samira que Lisa a choisi ce métier.

Transmettre et instruire, c’est la base de son engagement.

La classe est un chaos constant.

Malik, Andrami et Marel… Les vilains garçons mettent le feu et décident d’être les tauliers de la classe en passant leur temps à harceler tout le monde y compris les enseignants.

Des délinquants en puissance que personne ne veut punir.

Sans limite, pourquoi s’arrêter ?

Ils provoquent, raillent et cherchent à faire exploser tout le monde.

Des petits dictateurs pleins d’hormones qui n’attendent que le bon moment de le montrer.

Malik qui fait la loi chez lui, y compris en frappant et volant sa propre mère.

Au fil des jours, Lisa va travailler la peur au ventre.

Son mari, Pierre, est son doudou. Il la calme et la rassure.

Seulement quand le lundi arrive, il ne peut rien faire face aux affronts que sa femme vit au quotidien.

La bonne blague du matin. À peine a-t-elle franchi les portes de l’école, Lisa tombe sur le CPE.

Encore un qui est tombé de son arbre et de son bureau par la même occasion.

Le technocrate qui aime donner des leçons.

Lisa l’écoute et commence à s’énerver. Il est remonté comme une pendule.

L’agent d’entretien a découvert que quelqu’un de sa classe avait uriné dans la poubelle.

Lisa remet les pendules à l’heure. Elle a autre chose à faire que jouer les enquêteurs. Le CPE va devoir découvrir le coupable lui-même, ça le fera se mettre au boulot.

Du coup, elle consigne sa classe.

Le lendemain, Malik et les autres représentent Lisa sur un dessin pornographique.

Pour ses collègues, même sort !

Certains le savent, d’autres font le choix de ne pas voir.

On survit comme on peut.

Racket, inceste, brutalité, sans oublier les suicides pour se soustraire à des mariages forcés.

Elle est pas belle la vie !

Et puis un jour, la ligne est franchie.

On en a tous une, là, c’est la sienne.

Chaud devant, il va se passer des choses….

Avis du traqueur :

Alors là les enfants, on ferme la dernière page de ce roman en se disant, il se passe de drôle de choses dans les classes.

Ce roman est paru en 2011, depuis les médias et les réseaux sociaux ont relayé des scènes de violence dans les écoles que personne n’avait encore vues.

Comme souvent, quelque chose sans film ou photo est impossible à prouver.

On vous explique que ce sont des blagues, que c’est surjoué.

On a tous vu certaines scènes de violence dans les classes.

Bien qu’il s’agisse d’un roman, l’auteur nous rapporte des scènes qu’elle ou d’autres de ses collègues ont vécues.

Comme souvent, les enseignants se retrouvent impuissants et surtout pas couverts.

Leurs supérieurs sont devenus des politiques. Ils préfèrent garder leurs doigts sur la couture de leurs pantalons et remplir des tableaux pour leurs académies.

L’histoire de cette enseignante qui aime son métier et qui, petit à petit, voit que ce qu’elle fait ne sert à rien, voire dérange.

Son père, professeur d’italien lui aussi, lui a donné sa voie.

Tous ses proches lui disent de se sauver en courant avant de devenir dingue, sauf que ce métier, elle l’aime.

Elle reste parce qu’il y en aura toujours un ou une qu’elle peut aider.

La majorité pèse de plus en plus et personne n’est capable de leur rentrer dedans.

Et il y a celles et ceux qui donnent des conseils sans jamais avoir tenu une classe de leur vie.

Ce que j’aime chez cette auteure, est que l’on voit son personnage principal se débattre dans son quotidien.

On la voit commencer à se rebeller.

On observe certains collègues abdiquer et une direction hagarde.

Et il y a les pseudos hommes d’affaires qui lui expliquent qu’avec toutes les vacances qu’elle a, elle devrait les remercier.

Lisa se fait submerger tout en s’accrochant à un petit espoir qui disparaît d’un coup.

Un roman noir qui nous prend très vite et nous garde jusqu’à la fin.

Un roman à dévorer comme des chouquettes.

    Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser Édition Pocket

    Pour procurer ce livre :https://amzn.to/2ldEhsQ

    Du même auteur :

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X