La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme Macrae Burnet

Saint-louis est une petite ville alsacienne coincée entre l’Allemagne et la Suisse. Manfred Baumann est l’archétype du type transparent à la limite de l’autisme.

Sorti de son bureau tout triste, dans une banque encore plus triste, il est aussi excitant que son travail. Ses livres de comptes ressemblent à ce qu’il montre.

Sobre et transparent, c’est un métronome de la vie.

Il pousse le vice à passer inaperçu partout où il s’installe. Comme un caméléon, il prend la couleur du lieu qu’il occupe.

Pas de goûts, pas de saveurs!

Il se fond dans le décor, en silence. Il ne marche pas dans la vie, il s’y faufile sans remuer d’air autour de lui. Il respecte un mode vie hygiénique.

Pour ses envies biologiques, il va au claque, toujours le même, histoire de rester dans ses habitudes et en plus, la patronne connaît ses goûts.

Chaque jour, il respecte le même itinéraire. Ses seuls moments un peu différents se déroulent quand il mange dans le restaurant La Cloche.

Il y prend ses dîners tous les soirs. Là, il peut regarder discrètement la serveuse Adèle Bedeau.

Une jeune femme sensuelle qui le fascine et sur laquelle il fantasme.

Un soir, cette attirance le pousse à sortir de ses lignes.

Il la suit. La première fois où il ose sortir des clous.

Il la suit de loin et l’observe avec un garçon. Il s’est fait son petit moment d’exaltation.

Le lendemain, Adèle Bedeau a disparu.

C’est l’inspecteur Gorski qui est chargé de l’enquête.

Si on peut appeler ça une enquête.

À peine si on peut parler d’une disparition. Une journée que la jeune femme n’a donné aucun signe de vie.

Elle ne s’est pas rendue au restaurant. Elle a disparu et personne ne semble l’avoir vu.

Personne chez elle, et rien ne semble faire croire à un déménagement précipité.

En interrogeant toutes les personnes qui pourraient avoir vus ou croisés la jeune femme, l’inspecteur tombe sur Baumann et là ça fait tilt.

Gorski n’est pas un carriériste, mais il est obstiné.

Il est dans la police depuis de nombreuses années et il restera au même poste toute sa vie.

Pourtant, quelque chose de grave couve. Son premier crime.

Une jeune femme retrouvée morte dans la forêt. À l’époque, un sans domicile fixe est arrêté et condamné par un jury populaire.

Malgré les réticences de Gorski, ses supérieurs de l’époque lui avaient demandé de lâcher l’enquête.

Cette mort l’a profondément marquée. Il a toujours été persuadé que c’était quelqu’un du coin.

S’il avait raison à l’époque, cela voudrait dire qu’un assassin se trouve toujours dans la nature.

Quand on a tué une fois, on recommence, surtout si personne ne vous soupçonne.

Là, il est le seul maître à bord et il compte bien mener son enquête à sa manière.

Sans comprendre vraiment pourquoi, Baumann, devient suspect numéro un. Comme un serpent qui ressert les anneaux d’acier sur sa proie, le policier resserrent les liens et l’étouffe.

Baumann se retrouve acculé. Les rites qu’il a instaurés dans sa vie ont leurs raisons d’être. S’il ne peut plus les respecter, tout déraille.

Gorski, lui, ne le laisse pas respirer. Il surgit partout. Il interroge toutes les personnes qui pourraient avoir vu la jeune femme. Baumann focalise l’attention du policier.

Avis du traqueur :

Un polar étonnant, une histoire qui commence par un récit classique avec des personnages plus lisses les uns que les autres.

Des flash-back noircissent les individus et nous donnent des informations qui rendent le récit et leurs histoires de plus en plus complexes.

En partant de personnages tristes et transparents, on découvre des individus pleins de contraintes et de noirceurs.

Les bois environnants ajoutent encore à l’atmosphère obscure et étouffante des lieux. Un affrontement subtil entre deux hommes à la personnalité très différente.

Comme des duettistes, ils se lancent, fleuret contre fleuret. Chaque touche, chaque assaut, tente de perforer des défenses infranchissables.

Une montée en puissance intelligente et des personnages qui prennent de l’épaisseur de pages en pages.

Un polar habile et très prenant. À découvrir vite !

    La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme Macrae Burnet aux Éditions Sonatine

    Pour vous procurer ce livre : https://amzn.to/2UIPhv2

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X