L’évangile des ténèbres de Jean-Luc Bizien

Paralysé par la terreur, Michael est figé.

Il attend, tous ses sens en alerte.

Il tente d’entendre les bruits de ses poursuivants et de leurs chiens à travers la forêt qui l’entoure.

La moiteur altère ses sens. Il reprend sa respiration et fait couler de l’eau dans sa gorge en penchant une fougère.

Brusquement, la douleur de ses blessures irradie son corps.

Il reprend sa respiration et rassemble ses idées.

D’instinct, il sait qu’ils sont là, prêts à lui sauter à la gorge.

D’un bond, il file droit devant lui, les forces retrouvées par la terreur d’être rattrapé par ses bourreaux.

Journaliste, grand reporter, il est poursuivi dans le pays le plus fermé au monde.

Bien qu’il y soit né, il ne tient pas à y mourir.

Seth Ballahan, journaliste de talent, a battu le pavé new-yorkais à la recherche de scoops jours et nuits.

Sa femme a fini par mettre fin à ses délires, ou il change de vie, ou il change de femme.

L’amour aidant, zou, mutation en tant que rédacteur en chef dans le New Jersey.

Quand Michael avait poussé la porte de son bureau, Seth avait dû revoir sa vision des choses.

Il avait failli partir au Viêtnam et en avait gardé un amour modéré envers tous les asiatiques (en gros, un bon bourrin).

Michael s’avéra être le meilleur rédacteur de son équipe et un bosseur acharné.

Quand la rédaction de New-York a passé une annonce cherchant un asiatique capable de mener une enquête, le môme s’y est précipité.

Entré en Corée, il est passé de l’autre côté, la Corée du Nord et depuis silence radio.

Seth est journaliste avant tout et il s’est pris d’amitié pour Michael.

Devant l’absence de réaction de sa direction, il décide de partir chercher le gamin sur place.

Il remue ciel et terre, déboite des portes et fait suffisamment de bruits pour qu’on lui fournisse l’aide nécessaire.

Parce que rentrer en Corée du Nord n’est pas chose facile, voir même impossible quand on est américain.

En quelques jours, on lui fournit des papiers nécessaires, il rentre en tant que Canadien.

Paik Dong-Soo est garde-frontière.

Chaque jour, il observe devant lui et reste aussi invisible que possible.

Attentif à rester transparent dans un pays où le moindre mot ou geste peut être interprété comme signe de sédition.

Aux moindres doutes, sa femme, son fils et lui-même peuvent disparaître de la surface de la terre sans que quiconque n’y trouve à redire.

La terreur lui broie les entrailles, car depuis quelque temps maintenant, il a de plus en plus de mal à suivre les ordres.

Et dans le pays de « Cher Leader » (Kim Jon-Il), ce n’est pas vraiment conseillé. Et voilà qu’un jour, on lui confie une enquête explosive.

Des corps atrocement mutilés sont retrouvés avec un organe de moins et une blessure identique.

Un tueur en série, impossible dans le pays parfait, seul le pays haï peut avoir ce genre de déviance.

Au fil de l’enquête, les indices, qu’il découvre, le plongent dans des tourments effroyables.

Le Chasseur (il se nomme ainsi) a un plan et a bien l’intention de le poursuivre comme bon lui semble.

Mais voilà que le petit enquêteur lui met des bâtons dans les roues, il va devoir s’en occuper et puis après, ce sera le tour de sa femme et de son fils.

Seth est arrivé en Corée du Nord. La réalité le frappe de plein fouet, une foule terrifiée, des médias contrôlés de A à Z et des « guides » qui ne vous lâchent pas d’une semelle.

Comment a-t’ il pu penser un seul instant qu’il pourrait retrouver Michael.

Heureusement, il y a Suzan, correspondante d’une ONG canadienne qui lui donne un coup de main dans ses recherches et lui fait découvrir un pays où le moindre faux pas le conduirait à la mort.

Très vite, il se rend compte que le temps lui est compté.

Il va devoir retrouver un homme traqué qui semble en plus avoir atterri dans un endroit aussi difficile d’accès que la planète mars, mais il va tout faire le sortir de là !

Avis du traqueur :

Un roman complexe qui prend le temps de construire ses histoires et des personnages.

Des passages durs pas toujours bien écrits.

Un roman plein de surprise et de rebondissements.

L’histoire du roman se déroule dans un pays atypique que peu de personne connaissent.

L’impression d’oppression à travers les lignes que l’on dévore est parfaitement traitée.

Un roman à découvrir et un auteur bourré d’imagination.

    L’évangile des ténèbres de Jean-Luc Bizien Éditions Livre de poche

    Pour vous procurer ce livre: https://amzn.to/2wGbaV0

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X