Tréfonds de Tom Clearlake

Luca Ferrand est un jeune lieutenant de police plein d’avenir. C’est la flèche du groupe. Il est celui qui s’investit le plus dans son travail au détriment de sa vie de famille.

Il est associé à l’inspecteur Berthelot alias Panzer. Il l’a pris sous son aile. Il est son mentor, il est celui qui transmet.

Alors qu’ils montent sur une intervention pour arrêter un braquage, l’opération tourne au cauchemar.

En pleine ville, les tueurs dégainent des armes de guerre et commencent à sulfater les deux policiers.

Lucas et Panzer sont touchés. Les balles transpercent la carrosserie des voitures et pénètrent les corps. Les vitres éclatent sous les balles et leurs débris jonchent le sol. Les rafales continuent à tonner dans la rue.

Pour porter assistance à son coéquipier, le jeune lieutenant se redresse et vide son chargeur vers les criminels.

Pendant qu’il tire, il se précipite vers Berthelot. Il trouve son coéquipier gravement blessé.

Le bilan est terrible, les criminels ont pris la fuite et Panzer est mort. La fusillade a causé une troisième victime.

Une jeune étudiante qui se trouvait sur le chemin des braqueurs a été touchée par une balle. La balistique confirme qu’elle vient de l’arme de Luca.

Pour avoir ouvert le feu en zone urbaine et entraîné la mort d’une jeune femme, Luca est suspendu six mois.

Il s’effondre, au sens propre du terme. Son implication dans son travail a eu raison de son couple et quelques semaines plus tard, le drame arrive.

Enfermé chez lui, il commence à biberonner sévère histoire de s’anesthésier les synapses.

Il ne sort que pour alimenter son éthylisme. Sans repères et sans appui, il se laisse sombrer dans un univers cotonneux.

Pour s’en sortir, il décide de trouver les responsables de cette fusillade. Il semble que les braqueurs n’en étaient pas à leur coup d’essai.

Après avoir passé des jours enfermé, il se passe un coup sur le visage, se rase et sort enquêter.

Il a encore ses codes informatiques de la Criminelle. Une idée assez précise se met en place. Il se rend sur place et se fait éjecter par ses collègues qui eux aussi sont sur le coup. Il décroche et sort dans la nuit.

Il investit un rade un peu glauque et décide de prendre une mine.

Au petit matin, la tête bien à l’envers, il émerge et sort de l’hôtel où il a dormi. Il ne se souvient de rien. Il erre dans les rues de Pigalle.

Il retrouve enfin sa voiture et commence à rouler.

Un choc sur la taule le fait sursauter. Ses réflexes primaires prennent le relais. Il pile et sort son arme qu’il braque vers la silhouette qui apparaît devant lui.

Devant lui, une jeune femme aussi belle que gracieuse le dévisage complètement terrifiée.

Elle se jette dans ses bras et s’accroche à lui comme une huître à son rocher. Il sent tout son corps trembler contre lui.

On peut avoir mal à la tête, il n’en reste pas moins homme. Cette femme a un effet puissant sur lui.

Luca fait démarrer la voiture et avance. La jeune femme reste prostrée dans la voiture. Après quelques minutes de route, il arrête le véhicule et tente d’interroger la jeune femme.

Celle-ci ne prend pas la peine de lui répondre. Elle l’enjambe et le reste est pour les adultes.

Ils trouvent un hôtel et poursuivent leur aventure passionnelle toute la nuit, si si vraiment toute la nuit !

Luca se réveille en tentant de remettre ses pensées dans l’ordre. Il est seul dans la chambre d’hôtel, Tanya s’est enfuie en apprenant qu’il était flic.

Où est-elle ?

Leur rencontre a été comme un électrochoc. Sans vraiment savoir pourquoi, il se sent renaître. Comme si une lucarne de lumière illuminait une pièce plongée dans l’obscurité.

Il doit trouver qui elle est, et où elle pourrait se cacher.

Il appelle Bernard Michaud, un ami de l’identité judiciaire. Il lui donne tous les détails dont il se souvient.

Deux jours plus tard, son collègue le rappelle. La police a trouvé le corps d’une femme dans un contener.

Impossible de l’identifier, son ADN n’est pas présent dans leur base de données.

Son collègue lui envoie des photos des tatouages qui se trouvent sur le corps.

Malgré l’absence de la tête, il est sûr que ce corps n’est pas celui de Tanya. Les seuls points communs sont les tatouages.

Le légiste rapporte que la jeune femme avait des pratiques sexuelles extrêmes.

Des tatouages, du sexe violent, les policiers perçoivent quelque chose de grave.

Une esclave qui s’est évadée. Une femme soumise à un maître, son corps marqué par un tatouage. Le même que portait Tanya.

Luca a été bouleversé par sa rencontre avec Tanya. Elle l’a sauvé du pire, il doit la retrouver. Il se lance à sa recherche.

Il s’infiltre dans le milieu de la nuit, mais surtout dans celui du sadomasochisme.

Luca va découvrir un monde complètement différent de celui qu’il connaît et fréquente. Il va devoir être quelqu’un d’autre sans y perdre son identité propre.

Mais c’est sous terre que la vérité va apparaître et l’entraîner vers des chemins qu’il aura du mal à retrouver. Plus il s’enfonce dans les entrailles de la terre, plus la lumière disparaît.

Avis du traqueur :

Un roman qui vous met le trouillomètre à zéro et nous entraîne dans une course souterraine comme je ne l’avais encore jamais lu.

Attention parce que là, on entre dans une histoire sanglante qui va secouer tout le monde.

L’auteur s’amuse avec nos nerfs en construisant un espace sous la butte Montmartre. Il nous entraîne à travers des tunnels et inclus des faits historiques où le culte sataniste domine.

Quand les hommes s’adonnent au mal par plaisir et perversité. Sans aucune retenue, ils s’y vautrent juste parce qu’ils peuvent le faire.

On suit Luca, pas à pas et on frémit à chaque épreuve qu’il rencontre.

Heureusement, il y a Radko. C’est le roc qui va lui venir en aide. Tous les deux font s’enfoncer dans les profondeurs de Paris.

Un roman qui presse la poitrine et nous oblige à regarder.

Des situations tellement extrêmes que parfois certaines sont particulièrement dérangeantes.

Il faut avoir l’estomac bien accroché et retenir sa respiration pour éviter de renifler l’air saturé d’odeurs de pourriture qui règnent dans les arènes.

L’unique but de Luca, remonter à surface, sauver Tanya et faire émerger une vérité que certains cachent depuis des siècles.

Au cœur des arènes et des suppliciés, des souterrains gigantesques qui s’enfoncent de plus en plus loin dans des endroits que personne n’a foulés depuis des siècles.

Des cercles inconnus qui n’ont pas bougé et ont survécu à tout.

Certaines scènes, parfaitement décrites, sont tellement dures que l’on est immergé dans l’horreur jusqu’à en entendre des hurlements.

L’histoire est bien construite, en particulier ce qui se trouve en dessous de la Basilique du Sacré-cœur, située sur la butte Montmartre.

Si le haut de la basilique doit entraîner vers le dieu des croyants, le bas doit emmener vers les enfers.

Cette idée est développée et travaillée jusque dans les moindres détails.

Parfois, j’ai trouvé des scènes très gores et pas toujours utiles pour la narration.

L’auteur réussit à structurer une histoire bien construite qui nous accroche et nous entraîne avec lui.

Mon petit bémol tient dans l’enquête à la surface. Je la trouve parfois un peu ‘facile’.

Les indices, par moments, semblent tomber d’un coup un peu par hasard alors que le secret des sous-sols est sous cloche depuis plusieurs siècles.

Bien que l’enquête policière ne soit pas la plus travaillée, le reste de l’histoire est tout simplement stupéfiant et terriblement addictif.

    Tréfonds de Tom Clearlake Éditions Moonlight

    Pour vous procurer ce livre:https://amzn.to/2HZIDvZ

    Pour aider le blog, partagez si vous avez aimé, je répondrais à toutes vos questions.

    ABONNEZ-VOUS c’est gratis et surtout MANGEZ DES CHOUQUETTES

    https://www.youtube.com/channel/UCYvEI2kBdGyJFANo9f3Ai3Q

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    X